Devant l'ambassade du Maroc, rassemblement des opposants à la décision du roi de gracier Daniel Garvan.

Manifestation à Paris des Marocains opposés à la grâce royale accordée au pédophile espagnol Daniel Garvan. Photo : Antony Drugeon.

La plupart des manifestants sont des anonymes venus à titre individuel. Ayant répondu à l’appel de l’Association marocaine pour les droits de l’Homme (AMDH), ils représentent chacun un regard différent, une position distincte, par rapport au scandale du pédophile Daniel Garvan.

Entre leur attachement à la monarchie (pour beaucoup) et leur dégoût de la pédophilie pour tous, j’ai voulu prendre le temps de leur tendre mon micro sans les interrompre, pour saisir leur désarroi, leur colère et leurs revendications, tout simplement. La plupart a souhaité témoigner anonymement. A l’exception du premier interviewé (Mokhtar Merkaoui, président de l’Association des travailleurs maghrébins de France d’Argenteuil), tous s’expriment en leur seul nom, distinctement de tout organe.

A noter que cette manifestation a eu lieu samedi 3 août à Paris, avant l’annonce par le palais royal de l’annulation de la grâce royale.